Une succession de femmes dans les Jardins

L’histoire des jardins, c’est l’histoire de Doreen, Dorianne, Daria, Gabrielle, Lucy et Silvana. Leurs noms sont moins connus que ceux de centaines de variétés d’iris présents, et pourtant ces femmes mériteraient bien qu’une fleur leur soit dédiée. Plus qu’un métier, qu’une passion, être au service des iris et des Jardins est une histoire de vocation.

Doreen Bovet, épouse de Bernard Bovet de Mestral et mère de l’actuel propriétaire, fait planter un jardin au Château. Originaire de San Francisco et passionnée d’iris, c’est tout naturellement qu’elle passe commande de cinq nouvelles variétés chez Schreiner, célèbre hybrideur suisse installé en Amérique. Il y a 65 ans, en plantant le tout premier rhizome, Miss California, elle donne vie au Jardin sans imaginer qu’il deviendrait le plus important d’Europe quelques décennies plus tard. Fine entrepreneur, Doreen inaugure les premières Floralies en 1955, dans l’idée de subventionner les frais engendrés pour l’entretien du patrimoine. La Châtelaine est mordue d’iris, chaque voyage aux Etats-Unis est un prétexte à l’achat de nouvelles variétés, des rhizomes d’élite sélectionnés par les hybrideurs les plus réputés. Doreen décède en 1974, après avoir consacré les 20 dernières années de sa vie au Domaine du Château de Vullierens.

Dorianne Destenay-Bovet, originaire de Prague, elle était l’épouse du Châtelain. Lorsqu’elle rejoint la famille, elle prend très à coeur le projet des Jardins et poursuit l’oeuvre de sa belle-mère. Peintre reconnue et adepte du mouvement new-yorkais « colorfield painting », elle infuse le Domaine de sa sensibilité artistique exceptionnelle pendant plus de 30 ans. Elle s’investit beaucoup dans la conception et la rénovation de Portes des Iris en 1998, l’ancienne ferme du Château. Elle imagine les terrasses et les jardins qui entourent les bâtiments et dessine les grandes portes en verre, chacune décorée d’éléments floraux, ainsi que les lustres qu’elle fait réaliser spécialement en Toscane. Sa propre sensibilité à l’art l’amène à exposer des sculptures magistrales, ajoutant à l’intérêt botanique une dimension artistique. C’est d’ailleurs elle qui y invite Manuel Torres après avoir eu un coup de foudre artistique pour son oeuvre lors d’une balade au pied du Jura. Ce sont aujourd’hui 57 oeuvres et 18 sculpteurs qui occupent les lieux et lui confèrent un esprit unique. À son décès, l’équipe des jardiniers entretient son patrimoine et aujourd’hui encore son empreinte se ressent.

Daria, hérite de sa maman, Doreen Bovet, la passion des jardins, des fleurs et des iris en particulier. Elle sait reconnaitre chaque iris par son nom, il y en a plus de 400. Résidente à New-York, elle passe tous ses étés à Vullierens et dans les jardins en particulier. Elle décède en 2013, un jardin en sa mémoire a été créé en 2014.

Gabrielle Martiginer, orginaire de Vullierens, seconde Doreen dans sa tâche de préparer l’explosion de couleurs de la prochaine saison. « Gaby » c’est l’âme des Jardins. Petite déjà elle s’y aventurait volontiers. Voyant les premiers iris plantés, elle apprendra tout de ces fleurs et deviendra l’une des jardinières officielles du Château. Pendant 70 ans, jusqu’à sa retraite en 2003 à l’âge de 84 ans, elle se voue corps et âme au Domaine et prépare, mètre carré par mètre carré, l’éphémère festin de couleurs qui se déploie à la belle saison. Elle joue un rôle essentiel dans le développement des Jardins et la valorisation du Château. Succédant à Doreen comme responsable des Jardins en 1974, elle crée notamment, avec l’aide du docteur Bovet, des nouvelles variétés d’iris, dont deux vont figurer sur des timbres-poste de la Principauté de Monaco, suite aux visites de la princesse Caroline. La collection de lys-hémérocalles est aussi introduite sur ses indications.

Lucy Mercier, Gabrielle transmet à son tour son héritage à Lucy Mercier. À ses côtés, la jeune fille également originaire de Vullierens apprend les secrets de la culture de ces fleurs éphémères jusqu’à pouvoir toutes les nommer individuellement ! En 2004, elle reprend les rênes des Jardins et devient la mémoire des lieux. Aujourd’hui encore on la croise, plus d’un demi-siècle après ses débuts, en train de conseiller les visiteurs et d’enlever les fleurs fanées au gré des allées. Une habitude qu’elle ne perdra probablement jamais…

Silvana Facchini par la suite entre dans la vie du Châtelain et tout naturellement dans ses Jardins. D’origine italienne, Silvana est née à Sao Paulo. En 1999, elle ouvre une galerie d’art contemporain à Miami, qui s’impose rapidement comme l’une des plus importantes de la ville et participe notamment au très réputé Art Basel Miami. Arrivée à Vullierens en 2007, Silvana voue son énergie et ses connaissances à la restauration de l’intérieur du Château et à l’embellissement des Jardins. Passionnée de roses, elle en fait planter des centaines de variétés multicolores et conçoit le Jardin cinétique des roses, dédié à la mémoire de Dorianne. Elle coordonne et organise notamment des expositions d’art à la Galerie et de sculptures dans les Jardins.